Sénégal, un professeur de philo fait l’apologie du viol

Dîn Wa Dunia | 13 mars 2018 à 16 h 12 min | Mis à jour 13 mars 2018

Par

Sénégal, un professeur de philo fait l’apologie du viol
© DR
Publicité

Samedi 10 mars dernier, Elhadj Songué Diouf, professeur de philosophie dans un lycée de Dakar, a tenu des propos choquants sur les violences sexuelles envers les femmes, lors de l’émission ‘’Jakaarlo’’ diffusée sur la chaîne de télévision privée TFM.

 

Chroniqueur régulier de cette émission, Songué Diouf a déclaré ce soir là : ‘’Vous faites tout pour que nous vous violons, et lorsque nous le faisons, nous allons en prison alors que vous qui avez tout fait pour que l’on vous viole, vous continuez à être libre...’’, concluant sa saillie par ‘’ il faut que la femme refuse elle-même d’être un objet, qu’elle revienne à sa dignité’’.

 

Ce dérapage lui a valu une véritable levée de boucliers de la part de la société civile sénégalaise. Les psychologues Ndeye Khaira Thiam, Aminata Mbengue ainsi que la juriste Fatima Sall ont déclaré qu’elles intenteront une action en justice contre le chroniqueur pour “ses propos inqualifiables”:  “Nous autres citoyens, femmes et hommes, nous sommes sentis extrêmement bafoués dans nos droits. Le viol comme son apologie sont des délits inscrits au code pénal du Sénégal. Nous entendons donc porter l’affaire devant les tribunaux. La plainte est déposée ce jour”.

 

Dans une vidéo-stream effectuée ce lundi 12 mars, Songué Diouf s’est excusé de ses propos qui ont pu heurter la sensibilité du public et a confié ne pas avoir su exprimer le fond de sa pensée. ‘’Je ne suis pas adepte des insultes. Je demande pardon à ceux qui m’admirent. Ceux-là qui sont animés par une certaine méchanceté, je leur pardonne à mon tour’’, a riposté le professeur à l’égard de ses détracteurs.

 

Une polémique qui n’est pas sans rappeler l’intervention de l’avocat égyptien Nabil Al Wahsh, en novembre dernier, qui avait déclaré : ‘’Violer une femme un peu trop dévêtue est un devoir national’’.

 

Lire aussi : En 2018, au Maroc, je vois de la violence quand on me raconte la tolérance

Lire aussi : Mieux vaut violer qu’aimer

 

Commentaires