Oleg Sentsov « peut mourir à chaque minute »

Dîn Wa Dunia | 21 août 2018 à 19 h 58 min | Mis à jour 21 août 2018

Oleg Sentsov « peut mourir à chaque minute »
© DR
Publicité

Alors qu’il est détenu depuis 2015 en Sibérie, au centième jour, ce mardi, de la grève de la faim du cinéaste Oleg Sentsov, de nouveaux appels à sa libération ont été lancés, face à une apparente indifférence du Kremlin.

 

Dix personnes qui manifestaient leur soutien au cinéaste à Moscou ont été interpellées par la police russe aujourd’hui, selon l'organisation OVD-Info, spécialisée dans le suivi des arrestations.

Le cinéaste de 42 ans, opposé à l'annexion de la Crimée, a cessé de s'alimenter le 14 mai dernier et n'est maintenu en vie que par les compléments alimentaires injectés par l'administration pénitentiaire russe.

LIRE : Russie : l’Ukrainien Oleg Sentsov a perdu 30 kg en prison

 

 

 

Oleg Sentsov exige la libération de « tous les prisonniers politiques » ukrainiens emprisonnés en Russie.

 

En dépit des nombreux appels d'écrivains, acteurs ou cinéastes occidentaux, Moscou fait toujours la sourde oreille.

 

Dans une tribune publiée dans le quotidien français Le Monde, des dizaines de personnalités du monde culturel, comme Jacques Audiard ou le philosophe Slavoj Zizek appellent les dirigeants européens à faire pression sur la Russie et écrivent que « s'il restait aujourd’hui quelque chose à sauver d’une affirmation politique des démocraties européennes, elles le perdraient définitivement avec la mort d'Oleg Sentsov (…) [qui] peut mourir à chaque minute", ajoutent les signataires.

En 2015, Oleg Sentsov a été condamné à 20 ans de détention pour « terrorisme » et « trafic d'armes » à l'issue d'un procès qualifié de « stalinien » par Amnesty International et dénoncé par Kiev, l'Union européenne et les États-Unis.

(Avec AFP)

Commentaires