Publicité

La femme, obsession des ultra-orthodoxes

Dîn Wa Dunia | 13 février 2018 à 14 h 35 min | Mis à jour 13 février 2018

La femme, obsession des ultra-orthodoxes
Publicité

 

La tension monte entre ultra-orthodoxes et féministes en Israël. Une récente affaire est venue confirmer ce duel à couteaux tirés. Elle concerne un hebdomadaire ultra-orthodoxe anglophone, Mishpacha. Celui-ci a flouté les visages des femmes dans une photo accompagnant un article (datant du 24 janvier dernier) sur les jumeaux juifs survivants des expériences menées par le docteur nazi Josef Mengele dans le camp d’Auschwitz. Le journal, largement diffusé aux Etats-Unis, important foyer du judaïsme libéral, a reconnu «un incident regrettable » mais n’a pas remplacé la photo dans la version en ligne.

 

Shoshanna Keats Jaskoll, résidente de la ville ultra-orthodoxe de Bet Shemesh et fondatrice de l’organisation religieuse des femmes contre l’extrémisme Chochmat Nashim, a dénoncé sur Twitter une tentative « d’effacement de la mémoire des femmes » victimes de l’Holocauste. Les médias ultra-orthodoxes, arguant de règles controversées établies par leurs chefs religieux il y a 70 ans de cela, s’abstiennent de publier des images de femmes. Pour les mêmes raisons, certains activistes brouillent les photos des femmes sur les affiches publicitaires, réclament une séparation des sexes dans les transports publics ainsi qu’une mixité réduite au strict minimum dans la sphère publique. Aux yeux des militantes des droits des femmes et plus globalement des progressistes, ces agissements violent ouvertement la législation israélienne contre la ségrégation entre les genres.

 

Commentaires