Le jeu d’équilibriste de Mark Zuckerberg face aux sénateurs

Dîn Wa Dunia | 13 avril 2018 à 19 h 46 min | Mis à jour 13 avril 2018

Le jeu d’équilibriste de Mark Zuckerberg face aux sénateurs
© DR
Publicité

Pendant plus de 10 heures sur deux jours, Mark Zuckerberg a répondu aux questions acerbes des sénateurs outrés par le scandale Cambridge Analytica. Habile, le patron de Facebook a évité les questions les plus problématiques sur la protection des données, la publicité et le tracking des internautes...

 

Lire aussi : Vol de données, comment Facebook a aidé Trump à se faire élire

 

Zuckerberg a répondu par la positive à la question critique sur le téléchargement de toutes les informations que Facebook a sur nous. Or ce n’est que la partie émergée des informations que possède l’entreprise sur chaque individu. Comme Google, Facebook suit à la trace tous les internautes aux quatre coins du Web, via les boutons Like, Share et Facebook Connect, les cookies…de son réseau. Toutes ces métadonnées, Facebook les conserve jalousement. Mark Zuckerberg s’en est sorti par une pirouette en utilisant une définition restrictive des « données ». Quand une personne ferme son compte, Facebook efface le profil et tout ce qui avait été publié par l’abonné. En revanche, Mark Zuckerberg a botté en touche quand on lui a demandé de s’expliquer sur les « shadow profiles », ces profils détaillés de personnes qui n’ont jamais ouvert de compte Facebook. Etrange…

Commentaires