Gina Haspel, candidate à la tête de la CIA, promet d’arrêter la torture

Dîn Wa Dunia | 10 mai 2018 à 14 h 59 min | Mis à jour 10 mai 2018

Gina Haspel, candidate à la tête de la CIA, promet d’arrêter la torture
© Alex Wong / Getty Images
Publicité

Devant le Congrès américain, Gina Haspel, candidate à la direction de la CIA, a promis de ne plus recourir à la torture. Celle qui bénéficie du soutien de Donald Trump a dirigé en 2002 une prison secrète de l’agence où les détenus étaient torturés. C’est le programme d’interrogatoires poussés introduit après le 11 Septembre 2001 et assimilé à de la torture qui est visé. « Mon code moral est solide. Je ne permettrai pas à la CIA de poursuivre des activités que j’estimerais immorales, même si elles étaient techniquement légales », a-t-elle assuré devant la commission du renseignement, chargée de valider sa candidature.

 

Agé de 61 ans, Gina Haspel a été nommée directrice adjointe des opérations clandestines mondiales, puis directrice-adjointe de la CIA en 2017. Elle a passé 33 ans au sein de l’agence basée à Langley en Virginie et y a gravi tous les échelons, Elle a créé la polémique pour avoir dirigé en 2002 une prison secrète de la CIA en Thaïlande, où les détenus suspectés d’appartenir à Al-Qaïda étaient fréquemment torturés. Ces séances d’interrogatoires incluaient des simulacres de noyade (waterboarding), technique illégale selon le code militaire mais qui figurait parmi celles « autorisées par les plus hautes autorités judiciaires et aussi par le président » de l’époque, George W. Bush.

Commentaires