Etats-Unis : Trump sous la menace d’une destitution ?

Dîn Wa Dunia | 23 août 2018 à 19 h 08 min | Mis à jour 23 août 2018

Etats-Unis : Trump sous la menace d’une destitution ?
© DR
Publicité

Paraissant inquiet, le président américain semble avoir pris le taureau par les cornes ce jeudi matin, en évoquant pour la première fois, lors d’une interview sur la chaîne Fox News, une hypothétique procédure d’impeachment, procédure de destitution qui ne peut être menée que par le congrès.

 

L’étau judiciaire se resserre en effet autour des siens depuis mardi dernier : deux de ses proches se sont retrouvés sur les bancs de la justice, l’un reconnu coupable, l’autre plaidant coupable et reconnaissant l’implication de Donald Trump.

 

Ces deux affaires bien distinctes n’ont rien à voir directement avec la tentaculaire enquête russe menée par ailleurs par le juge Robert Mueller sur des soupçons de collusion entre Moscou et l’équipe de campagne de Trump lors des présidentielles américaines.

 

Le président américain dispose actuellement, selon les experts, de trois options stratégiques, mais aucune n'est idéale. Il pourrait décider de se présenter devant le procureur Robert Mueller, au lieu de l’éviter depuis des mois. Trump choisirait alors la transparence, et cesserait de critiquer cette enquête.

 

Or le président américain continue de soutenir son ancien directeur de campagne, reconnu coupable de fraude bancaire et fiscale.

 

LIRE : A la Maison Blanche, Trump parle … Et la lumière s’éteint

 

Une stratégie qui ne serait plus d’actualité, car, selon un avocat pénaliste, « il ne pourrait pas coopérer honnêtement sans se compromettre lui-même ».

 

Le président américain pourrait aussi choisir une seconde option : se consacrer à la bataille des élections législatives de novembre prochain afin d’éviter que l'une des deux chambres du Congrès ne repasse dans l’autre camp, celui des démocrates. Il pourrait, ainsi s’éviter la menace d’une procédure de destitution.

 

Donald Trump, républicain, tente d’ailleurs à l’heure actuelle de convaincre que l'enquête menée par Robert Mueller est en réalité pilotée en sous-main par les démocrates.

Trump essaie donc de gagner du temps et la Maison Blanche exige par ailleurs que l'équipe Mueller respecte une politique du ministère de la Justice qui veut que les procureurs n'entament aucune action défavorable à tout candidat dans les 60 jours précédant une élection.

Dernière option, radicale cette fois-ci : que Trump puisse renvoyer le procureur Robert Mueller et mettre fin à l'enquête. Le président américain l'a répété à plusieurs reprises, mais sans toutefois s'avancer concrètement vers cette option qui rappelle aux républicains de mauvais souvenirs.

En octobre 1973, en effet, lors du scandale Watergate, Richard Nixon avait ainsi fait renvoyer le procureur spécial en charge de l'affaire. Le soutien au président américain d’alors s'est par la suite effrité et son remplaçant a poursuivi les investigations.

Un an plus tard, Richard Nixon a démissionné devant la menace d'une probable destitution.

(Avec AFP).

Commentaires