Publicité

Inde, des femmes défigurées à l’acide défilent contre les violences

Dîn Wa Dunia | 16 mars 2018 à 11 h 21 min | Mis à jour 16 mars 2018

Par

Inde, des femmes défigurées à l’acide défilent contre les violences
Publicité

Chaque année, en Inde, plus de 1000 attaques à l’acide sont recensées à travers le pays. Pour appeler à une plus grande intransigeance des pouvoirs publics contre les auteurs de ces crimes misogynes et changer la perception de la société indienne sur les victimes, 11 femmes qui ont survécu à ces agressions ont participé à un défilé de haute-couture organisé samedi dernier dans la banlieue de Mumbai. Un grand moment d’émotion et de surpassement de soi, tant ces femmes ont l’habitude de sortir le visage voilé de peur de choquer les passants, qui, souvent, détournent leur regard quand ils les croisent.

 

Ces attaques, qui blessent et défigurent à vie leurs victimes, sont le plus souvent commises par un proche, généralement le conjoint, l’ex-compagnon, le frère ou le fiancé. Dernier fait en date, le 9 mars dernier, Farah, 25 ans, habitante de Moradabad (à 165km de New Dehli) a été brûlée à l’acide par son mari pendant son sommeil, car elle a donné naissance à une deuxième fille alors qu’il voulait un garçon. Victime de graves brûlures au visage, au ventre et aux mains, la jeune maman a été hospitalisée tandis que son époux a pris la fuite.

 

Selon Make Love Not Scars, une ONG qui aide les survivantes de ces violences à reconstruire leur vie, leur visage et leur estime de soi, le chiffre de 1000 victimes par an est sous-estimé. Car certaines femmes continuent à vivre avec leur agresseur faute d’autonomie financière, tandis que d’autres ne portent pas plainte par peur des représailles ou meurent avant que l’enquête policière ne soit lancée.

Commentaires