Assassinat de Marielle Franco, une affaire d’Etat ?

Dîn Wa Dunia | 20 mars 2018 à 18 h 34 min | Mis à jour 20 mars 2018

Par

Assassinat de Marielle Franco, une affaire d’Etat ?
© Midia Ninja
Publicité

Marielle Francisco da Silva, dite Marielle Franco, 38 ans, était une figure montante de la gauche brésilienne. Sociologue, féministe et militante pour les droits humains, elle a été froidement exécutée de quatre balles dans la tête le mercredi 14 mars dernier, en plein centre de Rio de Janeiro, au retour d’un rassemblement pour la défense des femmes noires.

 

Sa voiture ayant été prise d’assaut, les neuf balles tirées ont eu raison de la femme politique et de son chauffeur, Anderson Pedro Gomes. Son assistante, grièvement blessée, a survécu au drame. La partisane du Parti socialisme et liberté (PSOL) était, depuis janvier 2017, conseillère à la Chambre municipale de Rio. Elle était connue pour son engagement contre les violences policières dans les favelas, contre le racisme, et pour les droits des minorités LGBT.

 

Les premiers éléments de l’enquête ont démontré que les balles qui l’ont tuée provenaient d’un stock acheté par la police fédérale de Brasilia en 2006. Le ministre de la sécurité Raul Jungman a affirmé que le vol de ce stock avait été signalé quelques années auparavant.

 

Des dizaines de manifestations ont éclaté à Rio de Janeiro, dès le lendemain du drame, rassemblant quelques 50 000 personnes. Pour la foule, le combat que menait Marielle Franco contre la police militaire dérangeait, c’est ce qui a conduit à son assassinat. Dimanche 18 mars, quelques milliers de personnes défilaient encore devant la favela de Maré, son quartier de naissance, rendant hommage à ‘’la voix du peuple’”.

 

Marielle Franco est désormais une icône. ‘’Celui qui a tué Marielle a essayé de tuer la possibilité qu’une femme noire, féministe, née à Maré, puisse faire de la politique (...) Mais il l’a transformé en symbole, qui va faire naître de nombreuses autres Marielle sur les places publiques’’ a déclaré Marcelo Freixo au quotidien français La Croix (lien).

 

En 2017, 6 731 personnes ont été assassinées à Rio, dont 1 124 par la police. Au Brésil, 71% des assassinats sont commis contre des Noirs, selon l’Atlas de la Violence, publié la même année. Alors que les meurtriers de Marielle Franco courent toujours, l’ONG Amnesty International a réclamé une enquête rigoureuse sur son assassinat.

 

Lire aussi : Corps de femme, objet de tous les enjeux

Lire aussi : La chasse aux enfants sorciers est ouverte

 

 

 

Commentaires