Publicité
Publicité

Asma Lamrabet jette l’éponge

Dîn Wa Dunia | 21 mars 2018 à 10 h 05 min | Mis à jour 21 mars 2018

Asma Lamrabet jette l’éponge
Publicité

 

Asma Lamrabet a quitté son poste au sein de la Rabita Mohammadia des Oulémas. Cette figure de la pensée réformiste musulmane y dirigeait le Centre d’études et de recherche féminine en Islam (CERFI). Médecin biologiste au CHU Averroès de Rabat, elle a annoncé la nouvelle sur sa page Facebook : « J’ai présenté officiellement ma démission du Centre », annonce la chercheuse sans donner les raisons de son départ. Elle a chaleureusement remercié le secrétaire général, Ahmed Abaddi, à l’initiative de ce Centre, louant ses« qualités d’érudition, de pédagogie et d’ouverture d’esprit », ajoutant qu’« une étape est terminée ».

 

C’est Farida Zomrod, membre de son Bureau exécutif, qui reprendra la gestion du CERFI. Rédactrice en chef de la revue Arroeya et docteure en études islamiques dans l’interprétation et les sciences du Coran, Farida Zomrod est aussi professeure d’enseignement supérieur à Dar El Hadith El Hassania, à Rabat.

 

La démission de Asma Lamrabet, qui a reçu le prix Grand Atlas pour son ouvrage Islam et femmes (éd. En toutes Lettres, 2017), suscite de nombreuses interrogations. Nul doute que sa relecture de la tradition islamique et ses positions courageuses sur l’égalité dans l’héritage ont fait grincer des dents le courant traditionnaliste.

Commentaires